MOT DU PRESIDENT

Une Conscience de l’Afrique

 

 

Il est des noms indissociables de l’Histoire et auxquels les plus douloureux bouleversements n’enlèveront la grandeur dont ils sont constitués. Celui de l’Afrique en fait partie, lequel nous renvoie aux origines de l’Humanité (7 millions d’années, dans les vallées du Djourab et de l’Awash), aux premières industries (la mine de fer au Swaziland, il y a 30 000 ans) et ingénieuses organisations politiques (l’Empire du Mali, le plus glorieux du Moyen âge africain, selon KI-ZERBO) jusqu’aux reconquêtes de la souveraineté internationale et aux défis de tous ordres d’aujourd’hui.

L’Afrique ne s’est jamais contentée d’assister à l’Histoire. Elle y a, depuis toujours, pris part et a su démontrer le contraire toutes les fois qu’on a prétendu qu’elle était vouée à la subir. On l’admira jadis ; l’asservit naguère. On la néglige parfois, mais s’étonne toujours de la voir debout, le buste droit et rempli de vitalité, toute décidée à vivre, à progresser, à enrichir l’Humanité, tout en tutoyant ses pairs.

C’est de ce dynamisme de l’Afrique que l’ASPA puise le sien. Depuis douze années, notre Association, toujours s’agrandissant, a mis, en toute fidélité, l’Afrique en valeur à Sciences Po (et bien au-delà) dans ses activités. Notre ambition est restée la même : faire rayonner l’Afrique ; notre exigence aussi : faire respecter l’Afrique. Et de par l’excellence qui est notre foi, notre Association, toujours plus créative et plus ambitieuse, s’est affirmée comme une grande servante de l’Afrique.

Servir l’Afrique, intelligemment et résolument, voilà l’unique motivation du Bureau 2017—2018 fort aujourd’hui de 90 membres répartis en 08 Pôles et venant des cinq Continents. Notre diversité-ci honore l’Afrique et constitue notre première ressource. Sur la mutualité de nos forces nous nous fondons pour ouvrir, cette année encore, de nouveaux horizons.

Nous avons décidé de mettre l’accent sur le projet intellectuel de l’ASPA que nous renforçons avec notamment la mise en place de La Lanterne (notre programme dédié à la Recherche sur l’Afrique) ; la création de La Grande Afrique (notre journal étudiant) et l’organisation d’un Colloque consacré à l’Education.

Par ailleurs, notre Bureau 2017—2018 œuvre pour une ASPA davantage ouverte et inclusive. C’est ainsi que dans nos activités comme dans nos communications, l’Afrique anglophone comme le Maghreb sont plus que jamais présents. Aucun clivage, fût-il de langue ou de géographie, ne saurait compromettre l’Unité de l’Afrique, laquelle doit se refléter dans notre Association. Est également prise en compte la Jeunesse africaniste qu’on dit être l’avenir du Continent et à qui, étonnamment, on ne donne pas suffisamment la parole. Du travail merveilleux des Jeunes comme de leurs préoccupations, l’ASPA se fait le devoir de rendre compte.

Enfin, à ses milliers de sympathisants répandus dans le monde, l’ASPA offre la possibilité, non seulement d’assister à ses activités, mais aussi de contribuer dans son Journal ou de participer aux quatre Prix culturels qu’elle a mis en place : Le Prix Littéraire Alioune DIOP de l’ASPA ; Le Prix 100 Clichés de l’ASPA; Le Prix Djéli pour l’Art Oratoire de l’ASPA et Le Prix du Leadership Féminin de l’ASPA.

Ainsi notre BUREAU 2017—2018, héritier d’un bilan d’onze années, conscient de la responsabilité de l’ASPA vis-à-vis de ses sympathisants, et surtout vis-à-vis de l’Afrique, entend-il mener son mandat. Rejoignez-nous, soutenez-nous : et l’Afrique, notre amour commun, sera comblée et entendue.

 

Cheikh Ahmadou Bamba NDIAYE,

Président

cheikh.ndiaye@sciencespo.fr